Suivi de travaux PPE

Suivi de travaux PPE

Vision globale et anticipation, les clés du succès

Entretien avec Massimo Ricci

Si le paysage des copropriétés évolue, avec un attrait de plus en plus marqué pour ce type de biens, certaines compétences métiers, elles, demeurent. Comme si elles étaient immuables, marqueurs intemporels de cette volonté de proximité avec les acheteurs, tant au niveau individuel que dans la dynamique collective qui caractérise les PPE. C'est le cas du service Copropriétés & Résidentiels qui englobe également les grands travaux, dont les particularités vont bien souvent au-delà des seules compétences métiers. Qui mieux que Massimo Ricci, fort de ses 22 ans d'expérience dans ce service chez Gerofinance, pour nous parler des spécificités de son métier ? Un métier qui selon ses dires « est souvent perçu comme étant à part, sorte " d'ovni " dans le monde immobilier ». Nous avons voulu en savoir plus.

Comment définiriez-vous tout d'abord votre rôle et les tâches associées?
Notre rôle est d'abord à 200 % en lien avec l'humain, avec toutes les particularités –et parfois difficultés – que cela implique. Mais avec, aussi, tout le plaisir que nous retirons de ces contacts auprès d'une clientèle caractérisée par une mixité importante, ce qui constitue selon moi un formidable atout de notre métier, mais qui rend aussi les choses plus complexes. Nous n'avons pas de cadre vraiment préétabli en tant que gestionnaires de travaux PPE et nous devons dès lors composer avec les desiderata des propriétaires, les impératifs du bâti et l’aspect financier, même si au final l'AG est souveraine dans ses décisions.
De manière concrète, nous sommes en contact direct avec les copropriétaires, lors des AG bien sûr, mais pas seulement. Notre travail se répartit essentiellement entre une présence sur le terrain nous permettant de connaître parfaitement les bâtiments et d’anticiper les besoins, et les AG visant à guider les propriétaires dans leurs choix quant aux rénovations envisagées et budgets alloués. Il y a aussi toute une action plus discrète qui consiste à traiter les centaines d'e-mails et d’appels téléphoniques reçus chaque jour afin de répondre à une infinité de problèmes, de questions, de commentaires et d'inquiétudes. J'aime à dire que nous sommes des « faiseurs de solutions ». La satisfaction de nos clients est primordiale à pouvoir gérer correctement nos dossiers. À ce titre, nous ne nous contentons pas d'agir en réaction, mais également par anticipation.

Massimo Ricci

Massimo Ricci
Responsable service Copropriétés & Résidentiels chez Gerofinance-Dunand SA

Vous parlez d'anticipation, pouvez-vous nous donner un exemple concret?
Bien sûr. Prenons l'exemple d'une chaudière, installée depuis des années dans une PPE. Nous savons qu'il sera bientôt temps de la changer et plutôt que d'attendre la dernière minute, ou que les habitants nous alertent au moment où la situation est déjà critique, voire encore de risquer de changer la chaudière en plein mois de décembre (ce qui serait contre-productif), nous allons anticiper et planifier cette action très tôt. Lorsque l’on gère une copropriété, anticiper signifie avoir une vision globale sur le bâti, afin que celui-ci soit toujours aux normes et de belle facture. Et cela, je tiens à le préciser, ne peut être fait autrement que via des hommes et des femmes présents sur le terrain ! C’est pourquoi nous nous devons d'être d'excellents généralistes, entourés des spécialistes métiers pertinents, tels qu'un service juridique ou comptable, des ingénieurs, des dessinateurs, des architectes, etc.

Avec l'engouement pour les copropriétés et l'apparition de nouvelles typologies d'acheteurs, sans parler du nombre de programmes neufs en cours de réalisation ou sortis de terre, voyez-vous une évolution de votre métier ?
C’est évident. Concernant les nouvelles typologies d'acheteurs, nous constatons que notre rôle n'est pas très clair pour ces personnes qui entrent pour la première fois dans le monde des PPE. Nous dévons donc expliquer, rassurer et montrer que nous sommes là pour les aider et les accompagner. Cela requiert de notre part davantage d'adaptabilité, tout comme pour les programmes neufs, mais de manière différente. Ici, ce sont les particularités du bâti (normes Minergie, compteurs individuels, ventilation, etc.) qui mettent à jour de nouvelles problématiques. Tout cela est extrêmement stimulant !

À nous encore une fois de trouver la ou les solutions adéquates. Le tout, en préservant toujours cette notion de proximité et d'humain, avec un interlocuteur unique pour les copropriétaires. Et, si je peux m'exprimer ainsi, mon ancienneté est le meilleur témoignage d'une certaine stabilité dans le changement !