Construire les synergies pour renforcer l'expertise

Une plongée au coeur de notre expertise

Derrière le titre de Gerofinance | Régie du Rhône : premier gestionnaire de patrimoine immobilier de Suisse romande, il y a des hommes et des femmes qui ont appris durant ces deux années à travailler ensemble, à activer les ressources des uns et des autres afin de voir naître de manière concrète les complémentarités manifestes et à faire avancer de concert des projets naissants d'envergure aux côtés des tâches quotidiennes.

Prouver finalement que oui, « l'union fait la force ! » Tels sont les mots de Jérôme Félicité, Associé et Président du conseil, qui témoignent de l'importance de ne pas oublier le facteur humain lorsque l'on parle de business, d'expansion et de positionnement.
C'est sans doute cela, cette préoccupation du bien-être de l'ensemble des collaborateurs, qui a conditionné la mise en œuvre de cette union dans une temporalité plutôt longue : « Nous ne voulions surtout pas créer un électrochoc, mais être sûrs que tout le monde comprenait la plus-value de cette union pour l'ensemble. Car cette nouvelle marque s'inscrit en réalité comme une suite logique dans le développement de Gérofinance et de la Régie du Rhône, convaincus de part et d'autre des synergies d'expertise et de travail de terrain. Cette expansion se fait en plusieurs phases, afin que chacun de nous (et je veux parler ici surtout des collaborateurs) prenne le temps de se connaître, de comprendre le travail des autres, afin que les complémentarités naissent d'elles-mêmes, de manière naturelle. »

Dans les faits, un scénario calibré a été mis en en place afin de guider les équipes, mais aussi les managers et les fonctions dirigeantes. « Nous avons déployé un scénario en trois temps : d'abord le lancement de Futurity qui a servi de cadre informel à la coordination intersociété, puis une unification des services supports, avant enfin une unification des services de production menant au déménagement de toutes les équipes sur un même site d'ici à quelques mois », poursuit Jérôme Félicité.

B-live

Natasha Gilléron et Karine Tizzani, 
cheffes d'orchestre du projet « Futurity »

Au sujet de la première étape, l'ambitieux projet « Futurity », Natasha Gilliéron et Karine Tizzani qui se sont occupées de sa mise en œuvre, en expliquent les tenants et aboutissants : « Le projet (lancé en 2020) avait pour vocation de départ d’accompagner de manière opérationnelle le lancement de la nouvelle marque et notre futur regroupement sur un seul site. Il convenait dès lors de définir les impératifs opérationnels et projets prioritaires pour harmoniser et gagner en efficience. Le tout, et là réside le défi, en mutualisant les process tout en conservant dans le même temps les bonnes pratiques respectives ! »

Dans les faits, ce sont une vingtaine de collaborateurs qui ont pris part au projet en plus des fonctions dirigeantes. « Nous avons donc agi avec les collaborateurs, et c'est là tout l'intérêt d'un tel projet. Directement concernés, il était essentiel de les informer au mieux sur cette "union des forces", mais aussi de pouvoir recueillir leurs avis, leurs craintes, leurs questions sur la manière dont cela va se passer, en les faisant se côtoyer directement dans un cadre propice au dialogue et aux échanges. Concrètement, lors des premières séances, de par notre expérience métier et gestion de projets, nous étions toutes deux un élément de repères pour les collaborateurs de chacune de nos entités. Puis est venu un second temps, qui a pu se déclencher de manière naturelle dès que cette phase de rencontre et de premières impressions s'est terminée avec des collaborateurs ayant appris à se connaître. Notre rôle a alors évolué corollairement : nous avons dès lors plus eu un rôle de chef d’orchestre, de coordination et de soutien tout en assurant un suivi régulier par une organisation établie visant à l’atteinte des buts définis dans le projet », poursuivent-elles.

Et la conclusion de cette première phase fut au-delà des attentes ! « Là où nous avions toutes les deux un peu de craintes quant au début du projet et à la timeline serrée, nous avons été très agréablement surprises de constater à quel point les collaborateurs ont été réceptifs, ouverts à la discussion, et motivés à tous aller dans le même sens ! »

Et si « Futurity » est désormais ancré, il perdure au-delà de la fusion, notamment avec le prochain gros défi qui est celui du déménagement sur un site, point d'orgue de tout cela. Sans parler que la volonté très forte du groupe de conserver cette dimension humaine et de proximité, va certainement donner lieu à d'autres « Futurity » !

Et la suite ? La suite, c'est le regroupement sur un seul site donc. Un déménagement symbolise de cette « nouvelle » culture d'entreprise qui a déjà commencé à se dessiner et qui se verra renforcée via ces liens de proximité qu'auront l'ensemble des collaborateurs, mais aussi le Comité de direction, en partageant des bureaux communs. Et afin d'optimiser encore davantage ce vivier élargi de compétences et d'expertises, le groupe a réfléchi à une organisation très précise afin de ne pas avoir de doublons dans ce nouvel environnement de travail. L'organisation sera ainsi faite par département et non par société, permettant ainsi d'avoir une vision 360° de l'ensemble de l'architecture de Gerofinance | Régie du Rhône, une architecture pensée pour optimiser les forces de chacun.
Et à l'opposition que l'on pourrait faire entre expansion et proximité client, Jérôme Félicité est catégorique « Pour moi, ce n'est nullement antinomique dans la mesure où la notion de proximité fait partie de l'ADN tant de Gerofinance, que de la Régie du Rhône. En sus, les interlocuteurs ne changeront pas pour le client, ce afin justement de garder ce lien de proximité. Sans compter que le regroupement de la société sur un siège représente pour moi la finalité de tout ce travail d'interrelation avec nos clientèles respectives, désormais accueillies à un seul et même endroit et pouvant être renseignées par un nombre encore plus important d'experts métiers. Nous tendons donc vers encore plus de proximité avec nos clients, qui l'ont déjà très bien compris ! » Gérofinance | Régie du Rhône, l'interlocuteur numéro 1 de Suisse romande ? Il semblerait !